Par Marion Tours – Photos Jean-Paul Calvet
ELLES S’APPELLENT Santa-Maria, Sao-Miguel, São-Jorge, Terceira, Graciosa, Pico, Faial, Corvo et Flores. Neuf îles et autant d’atmosphères insolites à explorer.

 

Entre ses marchands de lait ambulants, ses paysans circulant à dos d’âne et ses histoires de marins bravant les océans, l’archipel des Açores semble émerger d’un autre temps. Pas vraiment étonnant quand on campe au beau milieu de l’océan Atlantique, qui plus est sous les foudres d’un anticyclone mondialement réputé…
Là, comme surgis des eaux, des volcans endormis. Plus haut, des lacs de cratère aux reflets verts ou bleus. Et de part et d’autre des neuf atolls : des villages de pêcheurs, des vaches frisonnes, des moulins flamands, des geysers bouillonnants, des piscines naturelles et des sentiers plantés d’hortensias.

Ici, pas un endroit où la végétation ne s’immisce, peuplant les champs, bordant les grèves, dévalant les falaises, formant des treilles au dessus des routes et enserrant les murets de pierres volcaniques. Pour en prendre la mesure, direction São Miguel et le jardin de Terra Nostra regroupant plus de 3 000 espèces d’arbres et d’arbustes, parmi lesquels palmiers, cycas, araucarias, azalées, lauriers, camélias, oiseaux de paradis, fougères d’Australie et Ginkgo Biloba.

Autre décor, autre ambiance dans le port d’Horta à Faial. Une fois accosté, navigateurs et plaisanciers ont pour habitude de « signer » les dalles de la marina, devenue avec les décennies un véritable patchwork de peintures et de graffitis. Avant de se retrouver au bar de chez Peter’s, une institution depuis trois générations. On peut y changer de l’argent, poster du courrier, déposer des messages. Ou encore admirer la collection de scrimshaw (dents de cachalots gravées), installée à l’étage et ultime souvenir de la chasse à la baleine qui domina ici jusqu’à la fin des années 1980. C’est à Pico, l’île voisine, que la traque débuta et connut son apogée.

De cette époque subsiste, encore aujourd’hui, une nostalgie dont on découvre les réminiscences dans les musées (Musée des Baleiniers à Lajes, Musée de l’Industrie baleinière à São Roque), lors des courses de baleinières ou lors des sorties en mer dédiées à l’observation du fameux cétacé.
Terceira a, elle aussi, sa star locale. En ligne de mire : le célèbre taureau noir s’élançant dans les rues des villages lors des corridas à corde. Véritable icône, la « bête » mobilise une armada de ganadeiros réunis au sein d’une association visant à préserver les techniques d’élevage transmises depuis le XVIe siècle.

Car, l’archipel a beau rattraper les siècles, « on ne changera pas, comme l’écrivait Claude Dervenn dans un ouvrage consacré à l’archipel, ce peuple qui marche du même pas qu’au temps de Vasco de Gama… »

L’or rouge des Açores

Outre son passé baleinier et son volcan considéré comme le plus haut du Portugal (2 351 m), Pico recèle bien d’autres trésors. Parmi eux : son vin, le mythique Verdelho, fruit d’une tradition perpétuée depuis 300 ans au prix d’un travail de titan. Chaque vigneron s’évertuant à déplacer et entailler les monceaux de basalte afin d’y planter le précieux cépage. Entre vignes éparses et parcelles ceinturées de pierres sèches, le spectacle est de toute beauté. Et vaut d’ailleurs aux sites viticoles de Criação Velha et de Santa Luzia, un classement à l’Unesco depuis 2004.

 

Weva+

Se renseigner

Office de tourisme du Portugal.
Tél. 0811 65 38 38 et www.visitportugal.com.

Y aller

Tap Portugal , propose, chaque semaine, de nombreux vols à destination de São Miguel, Terceira et Faial.
A partir de 437 € TTC/ pers. en classe Eco pour un A/R entre Paris et Ponta Delgada (São Miguel) via Lisbonne. Rens.
Tél. 0820 319 320.

Climat

Les mois les plus favorables s’échelonnent entre mai et septembre : le temps y est plutôt stable et les températures agréables (23° en moyenne en été). Mais l’hiver réserve également de belles périodes ensoleillées avec, de décembre à février, la floraison des camélias et des azalées. Ne dit-on pas, aux Açores, qu’il peut y avoir quatre saisons en une seule journée ?

Séjourner

• Donatello
« Les escales de l’Atlantique. Découverte des Açores » 11 nuits, à partir de 2 303 €/ pers., vols, transferts, nuits et petits déjeuners inclus.
Rens. Tél. 0826 10 20 05 et www.donatello.fr


• Voyageurs en Espagne et au Portugal 
« Faial et Pico : deux îles au parfum debout du monde » 8 jours/ 7 nuits, à partir de 1 250 €/ pers., vols, transferts, nuits, petits -déjeuners et location de voiture inclus.
Rens.  Tél. 0892 23 61 61 et www.vdm.com.

• Arts et Vie 
« Balade aux Açores » 10 jours/ 9 nuits, à partir de 2 100 €/ pers., vols, transferts inter-îles, nuits, pension complète, guide francophone, visites et excursion inclus. Rens. Tél. 01 40 43 20 21 et www.artsetvie.com

• Atalante
« Açores, Danse avec les dauphins » 8 jours, à partir de 1 135 €/ pers., vols, transferts, nuits, petits-déjeuners et 5 sorties en mer pour l’observation des cétacés.
Rens. Tél.  01 55 42 81 00 et 04 72 53 24 80 et www.atalante.fr.

• Nomade Aventure
« Les îles arc-en-ciel » 13 jours (dont 9 à pied), à partir de 1 895 €/ pers, vols, transferts, nuits, pension complète, portage des bagages, 1 sortie en mer à la découverte des cétacés et guide francophone inclus. Rens. Tél. 0825 701 702 et www.nomade-aventure.com.

• Terres d’aventure
« Archipel des Açores » 13 jours (dont 9,5 de marche), à partir de 1 995 €/ pers., vols, transferts, nuits, pension complète et portage des bagages inclus. Rens. Tél. 0 825 700 825 et www.terdav.com.

• Club Aventure. Rando famille
« Açores : A la recherche de Moby Dick » 8 jours (dont 3 de marche), à partir de 1 395 €/ pers., vols, transferts, nuits, pension complète, location vélo, sorties baleine et visites inclus.
Rens. Tél. 0826 88 20 80 et www.clubaventure.fr

Se restaurer

• A Colmeia.
Ponta Delgada (São Miguel). Cuisine internationale raffinée. Tél. 00 351 296 306 606.
• O Ancoradouro.
Madalena (Pico). Plats traditionnels portugais. Tél. 00 351 292 623 490.
• O le me.
Angra do Heroismo (Terceira). Crustacés et spécialités de poisons. A ne pas manquer.  Tél. 00 351 295 217 910.
• Peter Café Sport.
Horta (Faial). Façon brasserie et déjeuner « sur le pouce ». Ambiance pittoresque et chaleureuse.
Tél. 00 351 292 292 327 et www.petercafesport.com.

Dormir

• Hotel do Colégio. 
Ponta Delgada (São Miguel). Installé dans une belle demeure du 19e siècle, l’hôtel décline un confort 4* au cœur de São Miguel. A partir de 95 € la chambre double, petit déjeuner inclus. Rens. : 00-351-296-306-600 et www.hoteldocolegio.pt.
• Pousada Santa Cruz.
Horta (Faial). Cette ancienne forteresse du 16e, classée Monument National depuis 1947, compte parmi les plus belles pousadas du Portugal. A partir de 105 € la nuit en chambre double. Rens. : 00-351-292-202-200 et www.pousadas.pt.
• Pocinhobay.
Madalena (Pico). Design et raffinement pour cette maison d’hôte en pierre de basalte située en bord de mer, près de Madalena, la capitale de Pico. A partir de 125 € la chambre double, petit déjeuner inclus. Rens. : 00-351-292-628-460 et www.pocinhobay.com.
• L’escale de l’Atlantic.
Piedade (Pico). Simple et conviviale la maison de Monique et Jack offre une vue imprenable sur l’océan. A partir de 75 € la chambre double, petit déjeuner inclus. Rens. : 00-351-292-666-260 et www.ciberacores.com/escale.

Découvrir

• Plantation de thé Gorreana. 
Gorreana, Maia (São Miguel). Rens. Tél. 00 351 296 442 349 et www.gorreana.com
• Musée de Scrimshaw.
Peter Café Sport, Horta (Faial). Rens. Tél. 00 351 292 292 327 et www.petercafesport.com.

• Musée des Baleiniers.
Lajes (Pico).
• Musée de l’industrie de la Baleine.
São Roque (Pico).
• Musée du vin.
Biscoitos (Terceira).

A ne pas manquer

La cuisson du fameux Cozido, pot-au-feu local mijoté à la chaleur des caldeiras (vapeurs se libérant du sol sous l’effet des forces telluriques) du lac de Furnas, au sud-est de São Miguel. Il faut assister au dégagement des marmites puis savourer les viandes et les légumes délicatement parfumés par les volutes souterraines.

A lire

A consulter, le très ancien mais superbe « Açores » de Claude Dervenn, Horizons de France (1959).
Mais aussi « Açores », Le Petit Futé (2006/2007).