Par Marie-Noëlle Hervé – Photos Philippe Forestier
VOISINE DE HONG KONG ET ANCIENNE POSSESSION LUSITANIENNE EN MER DE CHINE, Macau, la nouvelle Las Vegas de l’Asie, n’en finit pas d’hésiter, sur fond de jeux omniprésents, entre son passé portugais et son âme chinoise.

Autrefois,il était de tradition de poser la question suivante aux étudiants en pharmacie : «Depuis quel port portugais exporte-t-on la badiane (anis étoilé) de Chine?». Réponse : Macau. La péninsule de Macau, située à soixante kilomètres à l’ouest d’Hong Kong, devint portugaise en 1557.

Histoire de comptoir

Un accord signé avec l’empire du Milieu autorisait les Lusitaniens à y établir un comptoir. En contrepartie, ces derniers devaient débarrasser les côtes des pirates qui l’infestaient. Puis après quatre siècles et demi d’occupation, en décembre 1999, le Portugal a rendu sans faire d’éclat cette concession à la Chine. À leur arrivée, les nouveaux colons se fixèrent dans un village de pêcheurs du delta de la rivière des Perles, bâti autour d’un temple dédié à A-Ma, la déesse de la mer,posté face à A-Ma-Gau : La baie d’A-Ma. Les Portugais la rebaptisèrent,Macau.

Ce minuscule territoire de vingt-huit kilomètres carrés, qui inclut au sud les îles-satellites de Taïpa et Coloane, fut jusqu’au milieu du 17ème siècle le plus riche comptoir occidental en Asie où affluèrent missionnaires, marchands, artistes et poètes. Luis de Camoes, envoyé là-bas en exil y rédigea dit-on une partie de son poème épique Les Lusiades.

L’empire du jeu

En 1850, le gouverneur Francisco Guimaraes y autorise la légalisation des jeux de hasard. Le jeu est une passion chez les chinois. Cette initiative fournira des revenus appréciables à la colonie, mais avec l’entrée en scène des triades et les règlements de comptes entre gangs elle acquérra une réputation détestable et le surnom de Macau «l’Enfer duj eu». Nom inventé dans les années trente par le réalisateur Jean Delannoy. Cette étiquette péjorative n’a plus cours de nos jours, mais Macau vit plus que jamais à l’heure du jeu. D’autant que le gouvernement chinois lui a garanti l’exclusivité de ces salles pour tout son territoire.

Las Vegas sur mer… de Chine

Sur vingt-huit kilomètres carrés, on y dénombre vingt et un casinos couplés à un hôtel. Le plus vaste, le Venitian, reproduction de la cité lagunaire, recouvre à lui seul une superficie de 50 700 m2 (deux fois et demi celle de Saint Pierre de Rome). Des casinos dont la débauche de néons éclaire comme un feu d’artifice la nuit tropicale.
Cette ville double, où sont conservées enseignes et plaques de rues rédigées en portugais, sous titrées en chinois, n’a par ailleurs rien d’un enfer.

Un air d’Europe en Asie

Lieu de rencontre de l’Orient et de l’Occident, les vieux parfums d’Europe et le mode de vie à la chinoise y cohabitent harmonieusement. Sur sa colline, la coquille vide de l’église Sao Paulo (17ème siècle) dont ne subsiste que la façade baroque domine le centre ville historique. Avec ses innombrables églises aux teintes pastel, son élégant théâtre Dom Pedro V, ses demeures à arcades et sa belle avenue Praia Grande plantée de banyans multi séculaires en bordure de baie, Macao conserve l’atmosphère un peu surannée d’un temps révolu. Et si sa vieille architecture européenne fusionne sans effort avec celle des antiques temples chinois, tel le sanctuaire dédié à A-Ma qui se dresse à la pointe sud de la péninsule,en revanche elle se marie à contrecoeur avec la mise en scène clinquante de ses casinos.

Macau vue du ciel

Inaugurée en décembre 2001, la Tour de Macau est avec ses 338 mètres la dixième plus haute structure au monde. Depuis son restaurant pivotant situé à 216 mètres, on jouit d’une vue magnifique sur la péninsule, ses îles,et une large partie du delta de la rivière des Perles. À son palier supérieur, à 233 mètres, la plateforme du Skywalk large d’1m40 offre une promenade du vertige (accroché à un harnais) aux plus audacieux. Et pour les plus téméraires encore, la possibilité d’un impressionnant saut à l’élastique. Un plongeon dans le vide de 119 m, avec rebond à 134m du sol, à une vitesse de 200 km/h. Estomacs sensibles s’abstenir.

Des îles devenues la proie des promoteurs

Au sud de la presqu’île de Macau, deux îles satellites, Taïpa et Coloane.La première, reliée à la péninsule par trois ponts s’est largement urbanisée au cours des deux dernières décennies. Témoin, le gigantesque casino Venitian, avec sa place Saint Marc et son grand canal bordé de palais à arcades. Une réplique à faire pâlir d’envie Las Vegas.

Coloane sa voisine, désormais réunie à Taipa du fait de l’ensablement du delta de la rivière des Perles, conserve en revanche son aspect bucolique de collines boisées, son vieux village au charme d’antan, et les seules belles plages de ce petit territoire. Mais pour combien de temps encore?