Un guide exhaustif sur la façon de trouver un emploi sur le web pour ceux qui travaillent en tant que professionnels du web (du web designer au développeur, du graphiste à l’expert en marketing et communication). Il existe de nombreux outils de veille à consulter pour trouver un emploi en ligne et quelques suggestions sur les choix à faire pour augmenter les opportunités d’emploi en cette période de crise, tant en Italie qu’à l’étranger (avec des conseils pratiques pour travailler hors de notre pays).

Au début de ce billet, il sera exposé la situation du travail en Italie, tant pour les salariés que pour les freelances. Il ne faut pas nier que ce billet d’invité est l’un des plus complets lu jusqu’à présent dans ce domaine. Si vous avez d’autres articles à signaler sur le sujet, veuillez les signaler. Vous trouverez ci-dessous tous les détails de ce guide complet.

Comment trouver du travail sur le Web en cette période de crise économique

La crise économique qui a frappé le monde entier bat, toujours, son plein et en Italie, nous sommes encore à 40 % de son potentiel. Depuis janvier, très peu de signes de reprise et le secteur du web ne fait pas exception, un secteur dans lequel la crise n’a pas eu de résultats négatifs a été la publicité en ligne sous toutes ses formes, mais c’est un sujet qui nécessite une étude plus approfondie.

Pour ceux qui, comme certains, travaillent depuis des années sur le web dans n’importe quel domaine, que signifie affronter la crise du point de vue de la recherche d’emploi ou de la recherche de nouveaux clients ? Ce long article est divisé en deux parties et on préfère apporter notre expérience personnelle et ne pas donner une coupe “aseptique” à la situation. Bien sûr, écrire sur ses expériences n’offre pas la vérité absolue, mais cela rend la situation plus vivante et que beaucoup d’entre vous se retrouveront dans ces mots.

Dans la première partie de l’article, on va analyser la situation actuelle et les différentes facettes de la crise. Dans la deuxième partie, on va essayer de donner des conseils et des liens pour mieux suivre les différentes offres d’emploi afin de ne manquer aucune opportunité potentielle.

Qui offre des emplois ?

Dans ce double rôle de salarié et de freelance, on va essayer de trouver des informations et des avis faisant autorité sur la situation de l’emploi en cette période de crise. Quel que soit le secteur, en période de crise, les entreprises ont tendance à réduire les coûts fixes, c’est-à-dire à ne pas embaucher et éventuellement à encourager la “sortie” des employés de l’entreprise.

Évidemment, même si c’est peu, le travail est, toujours, là et doit être fait, alors les entreprises “externalisent”, par le biais de salariés occasionnels, de freelances, de consultants. Tout cela est logique, mais au cours des mois suivants, il faut se rendre compte que, au moins dans ce secteur, cette logique n’était pas appliquée.

D’après ce qu’on a constaté, la demande de travail en freelance n’a pas du tout augmenté, au contraire, elle a diminué. La possibilité de travailler à distance a presque disparu. Ce genre de possibilité est très intéressant, car en tant que freelance, on est, toujours, à la recherche de collaborations et de projets à réaliser en tant que consultant externe.

La situation présentée a une description très simpliste, en fait l’analyse est beaucoup plus complexe. Tout d’abord, nous pouvons considérer deux types de personnes à la recherche d’un emploi. D’une part, les employés qui ont perdu leur emploi ou qui veulent changer d’entreprise et cherchent un emploi dans d’autres sociétés ; d’autre part, les freelances, les professionnels, les agences web qui cherchent de nouveaux projets et emplois. D’après une estimation, 80% des offres d’emploi ont comme exigence la présence sur place. Il est, évident, que cela n’est pas acceptable pour un freelance comme moi, surtout si la présence au bureau signifie changer de ville.

Par conséquent, les personnes à la recherche d’un autre emploi “fixe” semblent être favorisées. Même un free-lance, compte tenu de la crise, peut décider d'”essayer” ou de “revenir” à un statut d’employé classique et accepter l’offre d’un emploi stable et en place. Souvent, cela signifie, comme, déjà dit, déménager ailleurs, changer de domicile et bien d’autres désagréments. Tout cela pourrait, également, être justifié par un “lieu” de travail, mais …..

Quatre-vingt-dix % de ces offres d’emploi, avec une présence au bureau, prévoient des contrats d’un an, des contrats de consultation, des collaborations avec la TVA ; en bref, très peu de possibilités d’un emploi permanent.

Dans le sens où il veut la “facilité” d’un contrat atypique ou au moins un collaborateur et d’autre part, cependant, exige la présence au bureau, des heures fixes (imaginez hors du travail après les heures sans rémunération) et peut-être même l’exclusivité de la relation, entraînant l’impossibilité d’accepter du travail supplémentaire. Il y a, donc, quelque chose qui ne va pas … Alors les employés classiques et les freelances ont un problème commun … La situation n’est pas rose. Il est à ajouter, également, que tant pour les salaires moyens que pour les estimations du travail en freelance, les chiffres (le budget) ont été considérablement réduits, disons d’un bon 30%.

Eh bien, honnêtement, il n’y a pas grand chose que vous puissiez faire. Vous devez bien analyser la situation de chacun et ses perspectives d’évolution professionnelle. Vous devez vous demander si vous êtes prêt à travailler avec peu de garanties ou à rester freelance en attendant des jours meilleurs. Pour les freelances, un autre aspect complique les choses. Si l’on considère qu’avec des budgets plus réduits, il faut, toujours, faire de son mieux pour maintenir le niveau de son portefeuille à un niveau élevé et ne pas expirer dans le “massif”, il s’ensuit que les taux horaires et journaliers sont abaissés au-delà des 30 indiqués précédemment.

Avant tout, les entreprises doivent comprendre que la flexibilité est une question sérieuse sur laquelle on ne peut pas spéculer. En cette période, ils ressentent la crise, mais c’est aussi le cas des personnes qui cherchent du travail. Il n’est, donc, pas possible de demander à une personne de changer sa vie et ses habitudes pour un travail qui n’offre aucune garantie.

Les entreprises auxquelles on propose une collaboration à distance sans présence au bureau disent souvent qu’elles ont eu de mauvaises expériences avec des collaborateurs externes et qu’elles préfèrent, donc, avoir une personne fixe au bureau. Mais cette demande se heurte au salaire d’un employé (non professionnel) et à une classification des emplois plutôt “volatile”. Les 20 propositions restantes pour de nouveaux projets et collaborations sont soumises à une diminution du budget.

Les personnes habituées à certains tarifs de nos jours ont dû s’adapter. Il faut dire que les emplois ont presque diminué de moitié. Il est à recommander, également, la possibilité de travailler en tant que concepteur ou développeur web freelance avec des agences pour augmenter le chiffre d’affaires annuel. Mais même dans ce cas, le choix est personnel. Il y a, aussi, un détail à souligner. En période de crise, le développement web connaît une prolifération massive de l’utilisation de CMS Open Source (Joomla, Drupal, WordPress). Comme d’habitude en Italie, cependant, les nouvelles situations ne se transforment pas en opportunités, mais en exploitation.

Ainsi, on demande à un concepteur web de mettre en place un site dynamique à l’aide de Drupal, ou à un programmeur PHP de créer des modèles WordPress, peut-être à partir de modèles trouvés sur le net. Le manque de connaissance du professionnalisme continue son parcours et dans cette période est, encore, plus fort.

Ces expériences concernent strictement mon expérience, les profils professionnels et les situations des proches collaborateurs. Peut-être que pour un “développeur flash” la situation est différente, mais c’est possible beaucoup d’entre vous se trouvent plongés dans ce dilemme.

Voici comment augmenter vos chances de trouver un emploi

Pour résumer le chapitre précédent, il faut dire que le travail existe mais qu’il est sous-payé et sans garanties.

Tout d’abord, il y a un discours à faire. Augmenter les opportunités d’emploi signifie nécessairement apprendre d’autres choses et “limer” un peu son profil professionnel en recherchant plus de transversalité. On ne dit pas à un web designer de devenir un programmeur. JAMAIS ! Mais peut-être que savoir comment implémenter une bibliothèque javascript ou savoir comment créer un template WordPress ne serait pas une erreur. C’est un exemple, il y en a beaucoup d’autres comme trouver sa propre “niche”. Ensuite, il ne s’agit plus de “faire des sites”, mais de ne faire bien que “certains sites”.

Vous pouvez vous spécialiser, par exemple, dans le développement mobile (Iphone surtout). Plus que jamais, le professionnalisme d’un web designer (pour être cohérent) dans l’étude de l’expérience utilisateur sur mobile est essentiel. Il est évident que beaucoup d’entre vous n’ont pas besoin de ces conseils, ne souffrent pas de la crise, mais ces conseils peuvent être utiles même après la crise (si nous en sortons).

Outils de suivi pour trouver un emploi

Personnellement, il faut tout se baser sur le RSS, vous ne pourrez pas vous en passer. S’abonner aux flux des différents circuits de recherche d’emploi est essentiel pour être sûr de ne manquer aucune opportunité. Peut-être que l’offre d’emploi que vous ne voyez pas, à laquelle vous n’avez pas prêté attention, pourrait être la bonne.

Pour trouver l’opportunité qui nous convient, il faut de l’habileté, de la chance et des capacités (dans le sens où il faut être bon dans son travail). Ensuite, il y a des sites qu’il vaut mieux visiter tous les jours, sur lesquels le RSS ne fonctionne pas de manière optimale. En revanche, on ne voit pas d’avantage particulier à s’abonner aux différentes bases de données de recrutement, sauf pour créer un profil sur InfoJobs. Passons aux liens : A utiliser avec RSS

Consultation directe :

Les meilleures offres d’emploi sont publiées sur InfoJobs, un portail déjà parlé. Pour répondre à l’annonce des entreprises, vous devez vous inscrire sur ce portail, compléter le profil (mieux vaut le faire minutieusement) et envoyer de temps en temps votre candidature. L’entreprise accède au portail et voit notre profil créé. En nous inscrivant sur le portail, nous avons, également, la possibilité de créer un “agent de recherche” qui envoie à notre courrier électronique les meilleures offres d’emploi répondant aux paramètres définis.

Tout ceci doit être accompagné d’un portfolio en ligne actualisé et lisible et d’un cv en pdf. La situation est la suivante. En plus de ces sites, il n’y a pas grand-chose d’autre. Les liens sont valables aussi bien pour ceux qui cherchent un “endroit” que pour les freelances ou les agences web. A l’étranger les portails qui offrent du travail sont beaucoup plus, fait beaucoup mieux, mais surtout les annonces ont une autre coupe. Ils sont plus transparents (les avantages et le salaire sont le plus souvent déclarés) et les compétences recherchées sont beaucoup plus précises.

En moyenne, vous recherchez une figure professionnelle qui, à l’étranger (Royaume-Uni et États-Unis surtout), nécessiterait deux personnes distinctes. On n’a d’expérience directe que du marché américain, voici, donc, quelques indications qui semblent bonnes pour d’autres pays. Même aux États-Unis, la plupart des demandes (surtout pour les hauts responsables) exigent la présence au siège. Il va sans dire que la mise en place d’un discours pour déménager aux États-Unis est certainement plus compliquée que de passer de Rome à Milan.

Mais il faut dire qu’en voyant les types de clients auxquels les entreprises ont affaire, le type de travail et de responsabilités qui sont proposés, le jeu en vaut la chandelle. L’anglais est évidemment la base de tout, il faut aussi comprendre si l’entreprise est disposée à trouver une carte verte nécessaire pour travailler aux États-Unis. Le discours freelance, est très similaire à celui du pays, du moins en ce qui concerne l’offre. Différent plutôt l’approche avec le professionnalisme qui sont beaucoup plus marqués (quelle grande chose).

Quelques conseils pratiques pour travailler hors d’Italie

Pour travailler avec les pays étrangers (au moins avec les USA) vous avez besoin d’un compte PayPal sur lequel transférer vos frais qui, il faut le rappeler, ne seront pas soumis à la TVA. Ensuite, vous devez garder à l’esprit que les clients américains sont très précis quant aux délais de livraison et aux spécifications des projets. Si vous avez budgétisé ce prix, ce délai et ces caractéristiques, vous devez les respecter à 100%. Il vaut mieux être réaliste dès le départ que de donner de fausses illusions au client.

Vous devez, également, prendre en compte (surtout pour les projets de longue durée) le fuseau horaire (on vous demandera d’utiliser Skype la nuit, alors qu’il fait jour pour les briefings) ou tenir compte du calendrier différent des jours fériés et/ou des périodes de vacances. S’ils acceptent de confier le poste à un non-américain, ils attendent de nous que nous nous adaptions à eux et non l’inverse (et cela me semble juste).

Considérations finales

Avec les États-Unis, vous devez tenir compte du fait que vous payez le prix du taux de change. Si vous voulez 1000 euros pour un travail, il leur en coûtera au moins 1200-1300 dollars, donc vous pouvez aussi être compétitifs (si vous ajoutez le fait du décalage horaire et peut-être un anglais pas parfait). Mais le plus grand obstacle est de rivaliser avec les Indiens.

Aux États-Unis, on utilise massivement des ressources indiennes qui travaillent à distance mais dont les prix ont absolument disparu. De plus, ils fonctionnent très bien dans tous les domaines (de la création de logos au développement ajax). Il ne faut pas sous-estimer le fait que les Indiens parlent un anglais parfait.

Un portail basé sur l’enchère inversée témoigne de ce que je dis. En gros, une vente aux enchères inversée. Une fois que vous avez accepté un certain projet, vous ouvrez une enchère (avec une limite de temps) et le prix le plus bas se voit attribuer le travail. A première vue, il n’y a rien à dire, c’est comme ça que ça marche en Italie dans les appels d’offres.

Cependant, essayez de voir le pourcentage d’agences web ou de freelances indiens qui répondent aux enchères et obtiennent les emplois. Jetez, également, un coup d’œil aux chiffres pour lesquels ils travaillent…..

Qu’est-ce qu’on peut dire ? Bonne chance…