Financement intelligent : Options pour financer votre projet immobilier en toute confiance

Projet immobilier

Publié le : 05 septembre 20237 mins de lecture

Opération rentable et peu risquée, investir dans la pierre permet d’assurer son avenir et celui de sa famille. En dépit des taux d’inflation élevés, ce placement demeure une valeur sure. Comparé au livret d’épargne et à l’assurance-vie, il offre des avantages nettement supérieurs. Si vous vous interrogez sur les solutions de financement disponibles, voici des options que vous pouvez envisager.

Le crédit classique attribué par les banques

Le crédit est la solution la plus courante pour financer un projet immobilier. Résidence principale, résidence secondaire ou logement destiné à la location, cette alternative vous permet de tirer profit de l’effet de levier. Cela signifie que grâce à cet emprunt, vous serez en mesure d’acquérir un bien d’une valeur supérieure.

Emprunter à une banque comme ca-immobilier.fr est d’autant plus intéressant lorsqu’il s’agit d’un investissement locatif. Les loyers sont utilisés pour couvrir les mensualités à rembourser de manière totale ou partielle. Grâce aux nouvelles mesures d’emprunt adoptées par les établissements bancaires pour faire face à la crise économique, les taux d’intérêt sont nettement plus faibles qu’il y a quelques années. De plus, la durée de remboursement est prolongée. Les investisseurs peuvent désormais reporter l’échéance jusqu’à trente ans.

Il est à signaler que le TAEG d’un emprunt bancaire, soit le Taux Annuel Effectif Global, comporte un taux débiteur fixe et un taux variable permettant de couvrir d’autres dépenses. L’assurance emprunteur figure alors parmi ces frais additionnels. En cas d’invalidité, vous serez entièrement couvert par votre assureur et éviterez ainsi la vente de votre bien.

Le crédit bancaire adossé à une hypothèque

L’alternative suivante pour investir dans l’immobilier est le crédit hypothécaire. Il s’agit d’hypothéquer un bien qui sera considéré par la banque comme une garantie suffisante pour vous accorder le montant demandé. Cette solution de financement revêt de nombreux avantages, notamment un taux d’intérêt relativement faible et un apport personnel non obligatoire. De plus, ce crédit est plus facile à obtenir et les conditions de remboursement beaucoup plus souples. Ajoutez à cela la possibilité de demander un montant important.

En règle générale, la durée de remboursement d’un crédit adossé à une hypothèque se situe entre vingt et trente ans. Cependant, l’emprunteur doit remplir une condition incontournable : verser la dernière mensualité avant ses quatre-vingt-dix ans. En choisissant un bien ancien, il peut également souscrire à la garantie IPPD : L’Inscription de Privilège Prêteur de Deniers. Avec cette inscription, il bénéficie d’une exonération de la taxe de publicité foncière, ce qui se traduit par un coût moins élevé.

À savoir : Les crédits hypothécaires sont divisés en deux catégories : le crédit hypothécaire à taux variable et le crédit hypothécaire à taux fixe. De plus, en cas de non-remboursement, la banque se réserve le droit de saisir le bien.

L’emprunt entre particuliers

Dans le cadre d’un prêt entre particuliers, les deux parties sont des personnes physiques. Au même titre qu’un emprunt classique, celui qui prête l’argent met un montant spécifique à disposition de l’emprunteur. Ce dernier est, quant à lui, tenu de rembourser l’emprunt. Les conditions de la transaction sont tout à fait libres. Le montant, le taux d’intérêt et les modalités de paiement sont fixées comme d’un accord entre le prêteur et l’emprunteur.

Pour légaliser la transaction financière et protéger les deux parties, l’opération doit être effectuée via une plateforme spécialisée. Vous pouvez, par exemple, choisir entre Babyloan et Finfrog. D’autres mesures peuvent être prises pour sécuriser l’échange et limiter les risques. La signature d’un document officiel est fort recommandée. Pensez alors à formaliser la démarche en rédigeant une preuve de reconnaissance de dettes et en y incluant toutes les informations concernant l’emprunt.

Le crowdfunding ou le financement participatif

Vous pouvez également envisager le crowdfunding. Autorisé et encadré par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), ce financement participatif permet à un promoteur de rassembler des fonds en s’adressant à des investisseurs. Mais en réalité, ces derniers n’achètent pas les biens à proprement parler mais des titres de créances. Le rendement de ce type d’investissement s’élève à 12% par an : un pourcentage fort avantageux ! Contrairement aux idées reçues, tous les investisseurs peuvent solliciter ces fonds, qu’il s’agisse de petites ou de grosses sommes d’argent. Grâce au crowdfunding, ils peuvent récupérer le capital et générer des gains significatifs.

Homunity et Anaxago sont des exemples de plateformes de crowfunding qui connaissent une popularité grandissante. Et si les investisseurs choisissent désormais la solution de financement participatif, c’est parce qu’elle permet de bénéficier d’une fiscalité plus souple, le taux d’imposition étant de 30%. Sachez également que tout ce que vous aurez à faire, c’est de présenter votre projet sur la plateforme qui s’occupe de créer, pour vous, la campagne de financement de A à Z.

Cette option attire de nombreux promoteurs, les petits autant que les plus grands. À noter que le financement participatif, dans ce secteur d’activité, a vu le jour aux États-Unis et qu’en vue de son succès, les pays européens n’ont eu d’autres choix que de sauter sur cette opportunité.

L’autofinancement ou l’investissement de fonds propres

L’autofinancement assure une rentabilité que les investisseurs débutants ignorent. Même si en apparence, le capital pour acheter une maison ou un appartement doit être disponible sans avoir recours à des ressources extérieures, cette solution offre de nombreux avantages. Pour réussir ce projet, vous devez calculer la rentabilité de l’investissement en incluant des dépenses comme le frais du notaire, l’imposition fiscale, l’assurance, la taxe foncière, la gestion locative, etc.

Si le loyer net ne permet pas de couvrir ces frais, vous aurez à les régler vous-mêmes. C’est pourquoi il est vivement conseillé de trouver un flux de trésorerie positif vous éviter de piocher dans vos économies personnelles. Avec du cash-flow à disposition, vous pouvez dégager des bénéficies que vous pouvez réutiliser pour financer un nouveau projet locatif.

Plan du site